5 | 2016
Temps, mode et aspect en espagnol

Bien de travaux ont été consacrés au Temps, au Mode et à l’Aspect mais ces notions suscitent toujours un grand intérêt dû à leur grande complexité. Ce vaste champ d’analyse englobe l’étude de l’Aspect – verbal/lexical – et son rapport avec la catégorie Temps ; le domaine d’étude comprend aussi comment la catégorie d’Aspect, qui est présente dans le lexique mais difficilement repérable dans la morphologie, peut influencer syntaxiquement certaines combinaisons.

Ce numéro tient à rassembler des linguistes travaillant sur des nouvelles approches aussi bien théoriques que méthodologiques sur le Temps, le Mode et l’Aspect en espagnol afin d’enrichir les recherches actuelles existantes sur ces sujets.

Textes réunis et présentés par Elena Gaspar García.

Comité scientifique :

  • Didier Bottineau (Université Paris 13)
  • Bernard Darbord (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • Elena Gaspar (Université de Rouen Normandie)
  • Mercè Pujol Berché (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • Béatrice Salazar (Université de Rouen Normandie)
  • José Vicente Lozano (Université de Rouen Normandie)
  • María Belén Villar Diaz (Université Lumière Lyon 2)

Couverture de

L’influence de l’aspect lexical dans certaines combinaisons

L’imparfait narratif espagnol vs le prétérit. Une opposition aspectuelle

Elena Gaspar García


Résumés

La plupart des études sur l’imparfait de l’indicatif soutiennent qu’il s’agit d’un temps imperfectif ; néanmoins, l’imparfait narratif pose problème du fait qu’il est considéré comme perfectif au même titre que le passé simple espagnol, il est question parfois de neutralisation de ces deux temps.
Dans ce travail sera analysée l’opposition du passé simple et du prétendu imparfait narratif, afin de montrer qu’il s’agit d’une opposition d’ordre aspectuel et qu’elle n’est pas neutralisable. Cette approche permet donc d’expliquer que l’imparfait, malgré son aspect imperfectif, peut parfois convenir à l’expression d’un évènement perçu comme perfectif mais dans une visée différente de ce qui véhicule le passé simple.

La mayoría de los estudios sobre el pretérito imperfecto de indicativo concuerdan en que este tiempo es imperfectivo; sin embargo, el pretérito imperfecto narrativo plantea problemas en la medida en que se considera que es perfectivo al igual que el pretérito perfecto simple, e incluso se habla a veces, de neutralización de estos dos tiempos.
En este trabajo analizamos la oposición del pretérito perfecto simple y del llamado pretérito imperfecto narrativo con el fin de mostrar que esta oposición es aspectual y no es neutralizable. Este enfoque permite, pues, explicar que el pretérito imperfecto, aun siendo imperfectivo, puede expresar, en ciertos co-textos, un evento percibido como perfectivo pero desde una perspectiva diferente de la del pretérito perfecto simple.

Texte intégral

Ce texte n’a pas encore fait l’objet d’une rétroconversion en XML, mais il peut être consulté dans sa version PDF.

Pour citer ce document

Elena Gaspar García, « L’imparfait narratif espagnol vs le prétérit. Une opposition aspectuelle » dans « Temps, mode et aspect en espagnol », « Epilogos », 2018 Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International. Polygraphiques - Collection numérique de l'ERIAC EA 4705

URL : http://publis-shs.univ-rouen.fr/eriac/index.php?id=309.

Quelques mots à propos de :  Elena Gaspar García

Normandie Univ, UNIROUEN, ERIAC, 76000 Rouen, France
Elena Gaspar García est actuellement PRCE à l’Université de Rouen où elle enseigne la grammaire, la morphosyntaxe ainsi que la langue appliquée au tourisme et au commerce. Elle est docteur en linguistique hispanique et sa recherche se place dans le domaine pragmatico-énonciatif : elle travaille sur l’aspect (verbal et lexical) et son influence dans certaines combinaisons ; son champ de recherche comprend les prépositions, l’imparfait, les périphrases verbales, la commutation de ces formes et les incompatibilités sémantiques.