REARE http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare Publications numériques du REARE fr L’épique intempestif à l’ère du roman http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=365 Cet article étudie comment des œuvres du xxe siècle renouent avec les principes de structuration du temps épique définis par les romantiques allemands, relançant ainsi un genre que ces mêmes critiques jugeaient obsolète. L’exemple pris chez J.R.R. Tolkien présente le paradoxe de la rencontre entre le retard de la fin et la convergence des éléments vers le dénouement : dans une tension complexe et féconde avec le modèle romanesque prédominant, l’œuvre propose de nouveaux moyens, adaptés au contexte culturel, pour produire l’esthétique particulière dont participe la temporalité épique. Theoreticians such as Hegel or more recently Bakhtin and Lukács have claimed that the epic form belongs to the past, arguing that only novels were adapted to modern reading. This study sets out to highlight that the epic – and singularly in its treatment of time and temporality – remains for some texts of the “modern romanesque era” a relevant analytical tool. Indeed, epic temporality presents a specific pattern in the internal structure of the plot, which differs from the narrative composition of the novel. For instance, writers like Hegel, Goethe and Schiller enforce the idea that the main point of the epic does not lie in the outcome of the narrative, as opposed to the dramatic action, which is entirely dependent on its resolution. The structure of the novel would then consist in a kind of “race” towards an end, while that of the epic would look more like a “stroll” from one episode to another, each stage being relatively autonomous.This paper studies the way in which some twentieth-century literary works resume the principles structuring temporality of the epic form, as defined by the German romantics, thus reviving a genre that these same critics considered obsolete. More precisely, the structure of J.R.R. Tolkien’s The Lord of the rings presents a paradox: the end of the quest is delayed for a long time and there seems to be a succession of adventures, in which each becomes a story in itself; and yet, at the same time, the elements tend towards one outcome. In a complex and productive tension with the predominant romanesque model, the book explores new means, adapted to the cultural context, to produce the particular aesthetic effect traditionally created by the epic temporal structure. Wed, 12 Dec 2018 00:00:00 +0100 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=365 L’énonciation temporelle dans Le Mvett de Tsira Ndong Ndoutoume http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=437 Cette étude, inspirée des travaux de Gérard Genette, porte sur la manière dont le temps se déploie dans le récit épique Le Mvett de Tsira Ndong Ndoutoume. En étudiant d’une part les repères temporels et leur symbolique par rapport au contexte socioculturel de l’épopée, et d’autre part le temps de la récitation épique et celui de l’histoire racontée, l’analyse de l’énonciation temporelle permet de montrer comment l’esprit du Mvett dépasse les frontières spatio-temporelles, socioculturelles et historiques pour s’inscrire dans une dimension universelle. This text intends to analyze how time is used in the epics The Mvett of Tsira Ndong Ntoutoume. For Gérard Genette, the narration is an account of factual or imaginary events which are the object of the discourse. The exploration of the Mvett epics means the study of all the actions and situations experienced by the hero, Oveng Ndoumou Obame. In this lively epics from Central Africa, the story-teller relates the adventures of the hero who wants to eliminate the iron from the earth to avoid conflicts and promote peace, but the adventure is not an easy one… Wed, 12 Dec 2018 00:00:00 +0100 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=437 Les représentations épiques romantiques de l’époque coloniale au Brésil http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=486 Dépourvue de tradition orale, la production épique brésilienne du xixe siècle doit à l’intervention créative de ses poètes d’avoir ouvert une voie qui leur a permis de raconter la colonisation de leur pays, principalement à propos de la présence des indigènes dans le cadre d’une terre déjà habitée avant l’arrivée des Portugais. Dans cet article nous abordons quelques questions portant sur la représentation narrative de l’indigène brésilien dans une épopée romantique, A Lágrima de um Caeté (1849) de Nísia Floresta. Without oral tradition, the nineteenth-century Brazilian epic production owes its poets creative intervention to have opened a path that allowed them to tell the story of the colonization of their country, mainly about the presence of natives in the of a land already inhabited before the arrival of the Portuguese. In this article we discuss some questions about the narrative representation of the Brazilian native in a romantic epic poem, A Lágrima de um Caeté (1849), written by a woman, Nísia Floresta (1810-1885). In order to understand this production and also the way in which the colonial period was described in the works produced after the independence of Brazil (1822), we must take into account several factors : there were in Brazil many writers of Portuguese or European origin ; a characteristic feature of Brazilian epics was then the importation of European epic elements, under the important influence of Os Lusíadas, by Camões ; the influence of classical and European epics has produced in Brazilian works a constant hybridism between historical and mythical European images and various historical and mythical indigenous images ; very strong at that time in the Brazilian culture was the influence of Rousseau and the image of the "good savage" ; Indianism and nativism were the essential founding principles of the new Brazilian tradition appeared with independence ; a nationalist perspective accompanied Brazil's independence in 1822, and the nineteenth-century epic production in Brazil contributed to the literary construction of the Brazilian identity of the people and the nation. It will be from this set of aspects that we will read the work of Floresta. Wed, 12 Dec 2018 00:00:00 +0100 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=486 Maître(sse) du temps ? La temporalité dans Florence de Rome http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=78 L’auteur de la chanson de Florence de Rome (produite dans le premier quart du xiiie siècle) montre sa maîtrise des codes de la temporalité épique médiévale, tantôt en jouant de variations, tantôt en adaptant ceux-ci à la célébration d’une héroïne à laquelle il va jusqu’à déléguer certains de ses pouvoirs. Florence de Rome, which takes a queen as protagonist, is a second-generation chanson de geste, nourished by the influence of the novel. Its temporality, mostly poetic, takes up some mythical and symbolic elements of the epic, while being able to renew them, especially by using them for the benefit of the heroine. Florence can also appear as a true “mistress of time”, when she takes charge of the prolepses, or when she directs the confessions of her ennemies, in a form that echoes the anamnesis of the epic prayers. The importance given to Florence and the dimension of epic rewriting of a tale come together to give the work its originality. Tue, 23 Oct 2018 00:00:00 +0200 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=78 Introduction http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=95 [Note des éditeurs1] Le temps dans l’épopée semble aller de soi. L’épopée dit le passé, en le revendiquant, dans un récit qui, comme Ricœur l’a montré pour tout récit2, configure le temps en lui donnant un sens qui permet, dans le cas de l’épopée, célébration de soi et adhésion collective. Est-ce la raison pour laquelle peu de travaux généraux sur l’épopée se sont penchés sur la question de la temporalité3 ? Pourtant, tout devient complexe dès lors qu’on examine de plus près le temps épique, ce qui a été le cas lors du colloque dont le présent volume est issu4. Les scènes dans l’épopée se répètent ; par le jeu des prolepses et des analepses, le récit lui-même se répète ; les références temporelles sont imprégnées de symboles ; les anachronismes abondent ; le temps se suspend. Le temps, du moins tel qu’on l’entend dans la modernité occidentale, semble out of joint, « hors de ses gonds », comme le fait dire Shakespeare au jeune Hamlet qui vient d’apprendre de son fantôme de père le fratricide commis par son oncle. Mais est-ce à dire que le monde dans l’épopée est, à l’instar du royaume du Danemark, en pleine dislocation ? Si l’univers épique est souvent un univers de crise, la temporalité épique, elle, ne l’est sans doute pas : loin de manifester la crise, son ordre singulier viserait plutôt à la résorber, en mobilisant un passé mythifié afin de garantir la continuité du monde. Le récit, nous dit Ricœur, est une manière de répondre à l’aporie du temps en l’enfermant dans la nar Tue, 23 Oct 2018 00:00:00 +0200 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=95 Dédicace http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=98 Deux mois après la rencontre dont ce volume est issu, nous apprenions le brusque décès de Bassirou Dieng, vice-président du REARE depuis les origines du réseau. Et trois mois avant sa mise en ligne, c’est Lilyan Kesteloot, figure tutélaire historique de nos études, qui nous a quittés. L’un et l’autre avaient activement participé à nos échanges de septembre 2016. L’un et l’autre étaient régulièrement présents parmi nous depuis le séminaire inaugural de novembre 2000, et l’ouvrage fondamental sur Les Épopées d’Afrique noire qu’ils avaient publié ensemble en 1997 a depuis l’origine été pour nous tous une source d’inspiration et un guide de première importance. Malgré le vide irréparable que leur disparition a créé parmi nous, ils resteront à jamais deux figures tutélaires de nos études. Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaireEt dans l’ombre qui s’épaissit.Les Morts ne sont pas sous la Terre :Ils sont dans l’Arbre qui frémit,Ils sont dans le Bois qui gémit,Ils sont dans l’Eau qui coule,Ils sont dans l’Eau qui dort,Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule :Les Morts ne sont pas morts.Birago Diop, Lueurs, « Souffles » Nous dédions le présent ouvrage à leur mémoire, avec toute notre tristesse et toute notre reconnaissance. Tue, 23 Oct 2018 00:00:00 +0200 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=98 Structures narratives et représentations du temps dans l’épopée peule du Mâssina (Mali) http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=102 Dans quelle mesure l’organisation narrative a-t-elle des incidences sur les représentations du temps ? L’environnement dans lequel se situent les épopées peules du Mâssina (Mali), marqué par l’absence de limites temporelles et spatiales, crée la représentation suivante : le héros dispose de son temps et de son espace dans lesquels il se déplace sans aucune contrainte. Ainsi, le cadre spatio-temporel et la structure narrative convergent pour créer l’expression de l’une des vertus cardinales dont se réclame le héros épique peul, sa liberté non entravée. Tue, 23 Oct 2018 00:00:00 +0200 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=102 « La bataille de Makka » ou quand le présent sert la théâtralisation du futur http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=104 L’analyse porte sur l’utilisation du présent par le griot, homme du présent, pour continuer de maintenir présente l’épopée dans la mémoire de toutes les générations. Elle s’appuie sur deux récits d’un même épisode de l’épopée du Kajoor, la plus impressionnante de l’épopée wolof, tirés du corpus de thèse de Mamoussé Diagne. Le recours à ces deux textes donne l’opportunité de voir les libertés que le griot O. Mbéguéré prend avec la réalité historique dont l’autre récit, celle de S. Mboup, est plus proche. À travers une gestion particulière de la temporalité, le griot Mbéguéré, affectionnant particulièrement l’amplification de la tension dramatique, embellit les moments de confrontation avec pour seul objectif de perpétuer les étapes de cette geste au présent. L’hyperbolisation est son procédé à lui d’opérer une mythification pour immortaliser et contribuer à l’édification du mémorable. Elle procède, dans la qualification des événements, des lieux et des personnages, autour du déroulement du récit en cycles, de pérenniser la renommée de Makka en la gardant présente dans les consciences. This analysis addresses the use of the present time by the praise-singer, a man of the present, as a means to keep on the epic genre alive in the memory of all the generations. It lies in two narratives from the same episode of Kayoor epic, the most impressive one of Wolof epic. They are drawn from Mamoussé Diagne’s PhD corpus. Examining both texts proves that the praise-singer O. Mbéguéré takes liberties with historical reality while Mboup’s narrative, the second praise-singer, is closer to it. O. Mbéguéré, through a particular mastery of temporality, exaggerates the dramatic tension to make battle moments more beautiful for the only purpose to make the different steps of the gest live long in the present. O. Mbéguéré uses also hyperboles to create mythification, to immortalize and to contribute to the building up of memorable deeds. Hyperbole as a mode of expression grossly depicts events, places and characters around the cyclical progression of the narrative and sustains Makka reputation by keeping it alive in people’s mind. The story of the actions in which the time of the praise-singer and the one of history are alike happens sometimes at the very moment mystic and esoteric forces are called upon with the everyday help of the marabout who can bind the course of events into a somewhat time of religion The religious hint aims, for the most, to emphasize the ceddo beliefs (animists and not open to Islam) which characterize the main actors of the events and show how they are less concerned with religion. The mise en scѐne that introduces each of the characters with his own warhorse labelled with its praise name could be an epic on the whim of the praise-singer; it would be the time of cycles. The present which seems to be the favourite time for the praise-singer tends to affect the future. Tue, 23 Oct 2018 00:00:00 +0200 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=104 Le régime temporel dans la narration de l’épopée http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=122 Chaque genre narratif est régi par un régime temporel qui lui est propre et qui peut, entre autres critères, participer à la définition de son identité. Cet article s’attache donc à établir, à partir de quelques épopées issues de différentes cultures, (épopées homériques, épopées médiévales, épopée finnoise, épopées africaines) la structure temporelle type du récit épique à partir des temps de la conjugaison (aoristes, présents gnomiques…) et de l’organisation chronologique de la succession événementielle des faits rapportés dans le récit. Une attention toute particulière est portée d’une part aux grands cycles cosmiques qui règlent la scansion du temps épique (notamment l’alternance nuit/jour), d’autre part aux prolepses et analepses qui permettent la réduplication de certains épisodes du récit épique. Sont également examinées les incidences chronologiques de la récurrence de séquences formulaires identiques qui visent à accréditer l’idée d’un monde stable puisque les personnages, les choses et les événements y sont toujours dotés des mêmes qualités. Au fur et à mesure que ces propriétés narratives sont ainsi mises au jour, est analysée la façon dont chacune d’elles contribue à éclairer les grandes fonctions culturelles généralement attribuées à l’épopée. Each narrative genre is governed by a series of temporal rules which are specific and which contribute to the establishment of its identity. This paper intends therefore to describe, from some epic poems in different cultures (homeric, medieval, finnish, african epics) the pattern of an epic temporal structure, by studying the system of verbal conjugation (aorists, gnomic present…) and chronological ordering in series of events in the story-telling. A special focus deals with the main cosmic cycles which govern the scansion of epic temporality (especially the alternation of night/day) and with prolepsis and analepsis which repeat (several times) the same narrative episodes. The formulaïc style is also studied in order to show how it contributes to establish the idea of an immutable world since characters, things and events always have the same features. Each temporal property noted in the paper will be related to the main cultural functions alloted to the epic genre. Tue, 23 Oct 2018 00:00:00 +0200 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=122 Temps épique, temps dramatique : la délibération dans l’épopée indienne (Mahâbhârata, VIII) http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=142 L’épopée indienne du Mahâbhârata dans sa version sanskrite comprend de nombreux passages où l’action se fait problématique et donne lieu à des débats. L’exemple de la discussion entre deux des cinq frères PâNDava, YudhiSThira et Arjuna, au livre VIII, montre comment ces longues pauses discursives prennent sens dans un jeu subtil avec le temps : rappel du passé dans le discours épidictique, projection dans l’avenir par la promesse, création d’un futur dans le passé par le rappel d’une promesse ancienne, cependant que le présent, envahi par le discours et la délibération, est le lieu d’une manipulation habile de la part de l’avatar du dieu qui « connaît tout le passé et l’avenir du monde ». In the Sanskrit Mahâbhârata, on the two major epics of ancient India, on can find many passages where the action is questioned and gives rise to debate. Focusing on the discussion between two of the Pandava brothers in Book Eight, the present paper analyzes the long discursive pauses in their subtle game with time: reminder of a praised or blamed past, projection into the future thanks to promises, invention of a future within the past because of an old promise… whereas the present time, overrun with discourses and deliberation, is being manipulated by the avatar of God who “knows everything of the worlds’s past and future”. Tue, 23 Oct 2018 00:00:00 +0200 http://publis-shs.univ-rouen.fr/reare/index.php?id=142